Avec l'aimable autorisation de Monsieur Roland FREGER, Ancien Maire de notre commune, nous reproduisons ici les pages qu'il avait écrites à ce sujet en 1968, et que nous avions diffusées précédemment dans la gazette papier de décembre 2001.
"Pour l’origine du nom, deux hypothèses sont avancées: LE SACQ avec son moulin à farine rappellerait le sac du meunier. Plus vraisemblable à notre avis, il y a plus d’un millénaire, le village du Sacq était situé près de la rivière, autour de l’actuel cimetière. Au cours d’une guerre locale, il fût détruit, mis à sac, on ne sait quand, mais on peut voir, dans les moissons, la trace d’anciennes bâtisses.
Á Convenant, il restait de vieux murs qui devaient être l’emplacement d’un château.
Tous ces restes de vieilles constructions, rappellent qu’en vieux français, on disait :
   « Sacquer» pour mettre à sac, d’où ce nom de LE SACQ.

 Pour résumer son histoire, mentionnons seulement que des substructions romaines sont signalées au siècle dernier à plusieurs endroits de la commune.
  • Hugues du Sacq prit l’habit religieux à Saint-Taurin, il donna avec son fils Robert au couvent dans lequel il entrait, la dîme du Sacq et de Morsent.
  • Une bulle de Lucien III, Pape de 1181 à 1185 cite le Sacq.
  • En 1223, Richard de Convenant était seigneur du fief dont il portait le nom.et Chrétien du Sacq sont mentionnés en 1235 et 1276.
  • Henri II   aurait mis le siège devant le château du Sacq au cours d’une expédition punitive.
  • L’église du Sacq fût brûlée en 1789 par les sans-culottes de la Bonneville.
 La chapelle actuelle fût construite sur une partie de son emplacement vers les années 1890, et appartenait à l’évêché.
 Elle fût récemment cédée à la commune. Le registre de catholicité  le plus ancien date de 1688.
 On y trouve le nom des familles Vassal, Davoud, Lesimple, Mervil, Lucas, etc... qui ont été pendant trois siècles d’une présence constante au cœur de la vie de la commune.
 Voici donc en résumé une partie de la vie de la commune, une vie sans histoire ou si peu car, cet été (en 1968), l’esprit des Druides frappa, avec une grosse pierre, aux portes du Sacq que toute la Normandie en fut informée.
 Personne n’a vu l’esprit... mais la pierre nous est restée.

le dolmen
Mais ....ceci est une autre histoire..."